Rebâtir la Vieille Forge, une chanson à la fois

Rebâtir la Vieille Forge, une chanson à la fois

« Y'a jamais rien que je vais pouvoir faire qui va pouvoir accoter ce que j'ai reçu icitte » a lancé Daniel Boucher avant de débuter à jouer.

Crédit photo : Photo Le Pharillon – Jean-Philippe Thibault

Exactement une semaine après l’incendie qui a ravagé le Théâtre de la Vieille Forge, Daniel Boucher et Paul Piché ont sauté sur scène pour offrir un spectacle-bénéfice et lancer du même coup une vaste campagne de financement. L’objectif sera d’amasser 1 million de dollars.

Le Camp chanson Québecor était rempli à pleine capacité hier avec 180 personnes sur place et 50 autres qui étaient tout juste à côté à l’Hôtel de Ville de Petite-Vallée, tous venues assister à ce nouveau départ.

C’est la femme d’affaires bien connue Claudine Roy qui s’est offerte comme présidente de cette campagne baptisée « Autour du feu pour Petite-Vallée ». C’est quelque peu un retour d’ascenseur et un geste de fraternité naturel pour l’entrepreneure, qui avait pu compter sur l’aide d’Alan Côté en 2009 lorsqu’il avait pris à pied levé les rênes de la direction artistique des festivités entourant le 475e de Gaspé.

« Je lui demandé ce que je pourrais faire pour aider et il m’a demandé si j’accepterais la présidence de la campagne. Comment refuser ça à un frère comme Alan. On va solliciter les entrepreneurs et se serrer les coudes. Je suis absolument certaine qu’on va y arriver. Le Théâtre de la Vieille Forge c’est un phare de culture gaspésienne et québécoise. Pour notre Gaspésie, il faut le rebâtir le plus rapidement possible », explique Claudine Roy.

Vague d’amour

Le Théâtre de la Vieille Forge était assuré pour 1,7 million de dollars. Les derniers versements de remboursement du prêt initial étaient prévus pour 2021. À l’instar du Festival en chanson, il célébrait ses 35 ans en 2017. Le lieu avait connu sa dernière rénovation majeure en 2001. Au total, il pourrait en coûter entre 3 et 4 millions pour tout rebâtir, d’où la nécessité d’une telle campagne de financement. Une autre campagne de sociofinancement sera également lancée plus tard au moment du dévoilement des maquettes du nouveau théâtre. Les dons spontanés et les dons institutionnels devraient compléter le montage. Déjà 22 000$ avaient été amassés hier soir.

Jusqu’à maintenant, la vague de solidarité qui a essuyé l’incendie laisse croire que l’objectif est réaliste. « Une telle charge, je pense que c’est du jamais vu au Québec pour la chanson. Je pense qu’on ne parle même pas autant de la chanson même dans la semaine de l’ADISQ. C’est une charge d’amour qui vient de partout au Québec, qui n’est pas facile à gérer non plus, mais qu’on accueille en ouvrant grand les bras », laisse tomber le directeur artistique du Village en chanson de Petite-Vallée, Alan Côté.

Un vaste spectacle-bénéfice aura aussi lieu au Centre Vidéotron de Québec le 10 septembre avec une tonne d’artistes qui seront confirmés jeudi. « C’est vertigineux, ç’a pas d’allure, mais on va le faire et ça va être complètement fou, à la mesure de ce qu’on est. Je veux aussi dire qu’on tire tous le diable par la queue dans les OBNL culturels et de voir quelqu’un comme le Café de l’Anse prendre la peine de faire un show bénéfice qui rapporte 500$, c’est extraordinaire », conclut Alan Côté. Si la tendance se maintient, l’objectif pourrait bien se réaliser.