Une seule coroner pour toute la Gaspésie

Une seule coroner pour toute la Gaspésie

La moyenne entre le moment du décès et le dépôt du rapport du coroner est présentement d'un peu plus de 11 mois, alors qu'il est proposé de réduire ce délai à 6 mois.

Crédit photo : Photo depositphotos.com

(Un texte de Thierry Haroun) – Il n’y a qu’une seule coroner pour couvrir les morts suspectes en Gaspésie.

On apprenait récemment que le gouvernement du Québec avait embauché 25 nouveaux coroners dans le but de réduire les délais des investigations. Mais aucun pour la Gaspésie. Vérification faite auprès de la Coroner en chef du Québec, Catherine Rudel-Tessier, il n’y en a présentement qu’une seule qui couvre toute la région, basée à Gaspé. Pas de quoi inquiéter la principale intéressée, mais qui aimerait tout de même en avoir davantage, sans préciser de chiffre précis.

«Vous savez, c’est un grand territoire à couvrir la Gaspésie pour une seule personne. Évidemment, l’idée d’avoir plusieurs autres coroners à différents endroits dans votre région serait vraiment intéressante parce qu’à ce moment-là on pourrait davantage parler de coroner de proximité. Il connaîtrait mieux son milieu. Mais je tiens par contre à vous dire que ça ne veut pas dire que le travail à distance est moins bien fait », analyse Catherine Rudel-Tessier.

60 cas par année

En Gaspésie, les derniers chiffres démontrent que la coroner traite en moyenne 60 cas par année, ce qui est tout à fait correct selon Catherine Rudel-Tessier. Au Québec, les coroners traitent environ 4 500 cas annuellement, soit environ 250 pour les coroners qui travaillent à temps plein. Il faut savoir qu’un coroner est appelé à traiter des cas de mortalités suspectes ou obscures, des suicides, des accidents de voiture ou d’autres morts subites. Une autre ressource ne serait pas du luxe dans la région.

« Avec une seule personne en Gaspésie, il s’agit qu’elle décide de cesser le travail qu’on va se retrouver avec des coroners qui couvrent la région depuis le Bas-St-Laurent ou depuis Québec. Ce serait 60 autre cas à traiter pour eux », remarque la Coroner en chef en laissant entendre que les coroners ont déjà assez de travail. D’autant plus que le Protecteur du citoyen a déploré des délais trop longs quant au traitement des cas, ce qui n’est pas sans conséquences pour les familles endeuillées.

La moyenne entre le moment du décès et le dépôt du rapport du coroner est présentement d’un peu plus de 11 mois, alors qu’il est proposé de réduire ce délai à 6 mois. Une cible que Catherine Rudel-Tessier aimerait bien atteindre.