Ron Poliseno veut recréer l’engouement du mini-putt en Gaspésie

Ron Poliseno veut recréer l’engouement du mini-putt en Gaspésie

Le légendaire joueur de mini-putt, Carl Carmoni.

Crédit photo : Photo Gracieuseté

Collaboration spéciale Dominique Fortier – Le légendaire requin blanc du défi mini-putt, Ron Poliseno, souhaite recréer un engouement autour du golf miniature en commençant par la Gaspésie.

En 2016, Ron Poliseno récupérait les droits sur la marque mini-putt et décidait de revamper le tout en créant « mini-putt l’authentique ». Il s’agit des mêmes trous qui ont fait la réputation du célèbre parcours sur lesquels on y a ajouté des trappes de sable et des obstacles d’eau.

Résidant aujourd’hui aux Méchins, le requin blanc qu’on a connu autant comme joueur sur les parcours de mini-putt qu’en tant qu’analyste aux côtés du coloré commentateur Serge Vleminckx, aimerait que des terrains de golf miniature voient le jour autant à Rimouski, Matane qu’à Sainte-Anne-des-Monts. « Par le passé, on a négligé les régions. Aujourd’hui, avec une nouvelle image et la création de nouveaux terrains de mini-putts, je crois que l’engouement pourrait revenir. À la quantité de touristes qui passent dans la région, ce serait une entreprise rentable. »

Pas pire qu’une piscine municipale

Monsieur Mini-putt voit deux façons pour que de tels parcours soient rentables. « Un propriétaire de terrain bien situé pourrait décider de se partir en affaires ou encore, la solution pourrait passer par les municipalités. Plusieurs mini-putts actuels sont situés sur des terrains municipaux inutilisés. En laissant la chance à des promoteurs de s’y installer sans charger de bail, on rentabilise le terrain, on offre un service de loisir à la population et on engrange des taxes municipales. »
Pour Ron Poliseno, il n’est pas plus farfelu pour une ville d’exploiter un terrain de mini-putt qui demande peu d’entretien qu’une piscine municipale. « La clé est de confier la gestion du terrain à des particuliers. » De plus, dans sa formule actuelle, un éventuel promoteur d’un circuit de mini-putt l’authentique n’aurait pas de royautés à payer, ni de frais de publicité. « Ce qu’on offre, c’est le droit d’utiliser la marque de commerce ainsi que les plans pour la construction des trous. Par la suite, l’entrepreneur est complètement autonome. »

Toujours passionné par le golf miniature, Ron Poliseno verrait bien un parcours de mini-putt à Sainte-Anne-des-Monts.

Retour à la télé?

On ne pouvait pas discuter avec le grand requin blanc sans parler du légendaire Défi mini-putt qui a connu les belles années à la télévision. Est-ce qu’un retour est envisageable? « Ça nous coûtait 100 000 $ par saison pour environ 14 diffusions. Cette somme était séparée parmi les différents franchisés qui accueillaient des tournois. Lorsque plusieurs d’entre eux ont cessé de payer pour la diffusion télé, bon nombre d’entre eux ont dû fermer leurs portes », explique-t-il.

Aujourd’hui, Ron Poliseno croit que le Défi mini-putt pourrait revenir en ondes, mais on doit d’abord créer un intérêt. « Si quelques villes en Gaspésie, au Bas-Saint-Laurent ou sur la Côte-Nord décident d’ouvrir des franchises, l’engouement reviendra et il sera plus facile d’aller chercher des commanditaires. Ce sera alors plus facile de retourner à la télé si les franchisés ne sont pas obligées de débourser pour la diffusion. »

Et Carl Carmoni? Gilles Bussières? Serge Vleminckx? « Tout le monde est intéressé par un retour du Défi mini-putt, mais il faudra de la relève. Intéresser des jeunes. On ne repartira pas ça avec juste des vieux! », conclut le requin, un grand sourire aux lèvres.
Pour avoir de plus amples informations sur la renaissance du mini-putt l’authentique, on peut consulter le site web www.miniputtlauthentique.com