Une relance de bon augure pour le Club alpin Mont-Béchervaise

Une relance de bon augure pour le Club alpin Mont-Béchervaise

Les représentants du Mont-Béchervaise ont fait bonne figure avec plusieurs top 10 et trois médailles, dont une d'or.

Crédit photo : Photo Gracieuseté Martin Roy

Il y a environ cinq ans, le Club alpin Mont-Béchervaise a pu renaître de ses cendres, suite à l’implication de parents et de bénévoles.  

Les trois premières années, l’équipe s’est concentrée uniquement sur le volet récréatif, histoire de ramener les jeunes à la montagne et leur redonner le goût du ski alpin. Depuis l’an dernier, un volet compétition a été intégré aux opérations et le nombre d’athlètes a augmenté de 50%, passant de 14 à 21. En tout et partout, avec le volet d’initiation, ils sont une quarantaine à porter les couleurs du Club.

La saison a d’ailleurs débuté du bon pied cette fin de semaine du côté du Parc du Mont Saint-Mathieu, près de Trois-Pistoles, alors que 165 skieurs de six différents clubs de l’Est-du-Québec étaient sur place. Les représentants du Mont-Béchervaise ont fait bonne figure avec plusieurs top 10. William Talbot a réussi à décrocher deux fois le bronze au slalom ainsi qu’au combiné (slalom + slalom géant) chez les U-8, pendant que Mathis Labrèche ramenait au bercail rien de moins qu’une médaille d’or au combiné chez les U-10.

Les bases d’abord

Ceci dit, l’équipe de compétition demeure relativement jeune avec des skieurs tous âgés de 12 ans et moins, mais la relève s’annonce prometteuse, en témoignent ces quelques résultats.

« Ils commencent tout juste à être exposés à la compétition. C’est leur 4e course seulement depuis l’an dernier, remarque le président du Club, Martin Roy. Ils sont moins intimidés et on voit les talents sortir. On est content d’avoir des médailles évidemment, mais ça évolue vite et certains se développent plus tard. Ce qu’on veut vraiment, c’est travailler à faire de bons skieurs. Tant mieux si les résultats sont là, mais ce n’est pas une finalité en soi. On veut leur donner les meilleures bases possibles. »

Bien que la saison n’ait commencée que le 6 janvier, le reste de l’hiver devrait être fort achalandé et des entraînements sont au programme à toutes les fins de semaine et pendant la semaine de relâche. Il faut dire que d’autres équipes comme celle du Mont-Castor à Matane en ont déjà plus de 20 au compteur   « Il va falloir augmenter le nombre de jours d’entraînements pour être de calibre avec les skieurs des autres montagnes », analyse Martin Roy.

Heureusement, l’organisation peut notamment compter sur Vincent Noël comme entraîneur, lui qui enseigne en Techniques de Tourisme d’aventure au campus de Gaspé. Deux de ses élèves le secondent également dans ses tâches.  « On est vraiment chanceux là-dessus parce que c’est un enjeu d’avoir des bons coachs ici, des gens qui ont vécu le milieu de la compétition de ski, qui ont des connaissances et du bagage. On veut aussi amener notre personnel et même les parents à aller chercher de la formation. On veut améliorer les compétences au niveau de notre petite équipe puisqu’on est en train de refaire notre base de skieurs et qu’on commence à avoir plus de jeunes que certains autres clubs. On sent qu’il y a une renaissance du ski alpin à Gaspé », conclut Martin Roy, qui a largement contribué à la relance du Club avec son père Yves Roy.

À noter en terminant que la prochaine compétition aura lieu à la station de ski Pin Rouge de New-Richmond les 10 et 11 février.