Réhabilitation du chemin de fer : les élus veulent resserrer les échéanciers

Réhabilitation du chemin de fer : les élus veulent resserrer les échéanciers

Le Bureau de suivi veut s'assurer que le rail se rendra bel et bien à Gaspé au moins en 2020.

La première rencontre du Bureau de suivi de la réhabilitation du Chemin de fer de la Gaspésie a eu lieu hier à New Richmond, en compagnie de représentants du ministère des Transports, de maires, de préfets et d’industriels.

Cette première réunion de travail a permis de prendre le pouls et de mettre sur la table les attentes  de chacun quant à cette vaste cure de rajeunissement, avec à la clé une somme de 100 millions de dollars déjà réservée par le gouvernement provincial. Les représentants du milieu se sont assurés que tous mettent l’épaule à la roue et poussent du même côté pour que le rail soit en fonction d’ici 2020 à Gaspé, pour que l’usine LM Wind Power puisse enfin y exporter ses pales vers les marchés extérieurs. Le présent contrat vers les États-Unis se terminera en 2021.

« Le plan de match du ministère n’était pas tout à fait celui-là, mais ils ont bien compris les enjeux et ils retournent à la planche à dessin, explique le maire Daniel Côté. Eux leur plan était très étiré dans le temps et voulaient blinder la portion Ouest avant la portion Est. Grosso modo jusqu’à Gaspé, on parlait plus de 2019 pour l’étude d’opportunité seulement, donc pas de plans et devis avant cette date et impossible de réhabiliter le chemin de fer pour 2020. »

Le maire soutient que l’urgence est de s’assurer que les wagons puissent se rendre jusqu’à Gaspé, pour que LM Wind Power et ses 425 employés puissent minimalement envoyer leurs pales, quitte à ce que le train de passagers ne soit effectif qu’en 2021 ou en 2022.

« On pourrait y aller de façon graduelle pour augmenter les capacités portantes dans ces dates-là.  On ne veut pas perdre notre usine de pales et ses employés. C’est ça qui presse et ils ont compris nos points. Ils sont ouverts à retravailler leurs façons de faire c’est une bonne nouvelle. » 

Signe que le message a été bien entendu, la deuxième rencontre de travail qui devait avoir lieu en novembre a été devancée à la fin du mois d’août ou au début du mois de septembre. Un plan avec des échéanciers et des processus révisés devrait être présenté.

Outre Daniel Côté, sont présents sur le Bureau de suivi le maire de New Richmond et président de la Société du chemin de fer de la Gaspésie (SCFG), Éric Dubé, les préfets Guy Gallant (Avignon) et Nadia Minassian (Rocher-Percé), également administrateurs de la SCFG, le président et chef de la direction de Ciment McInnis, Hervé Mallet, le directeur d’usine chez LM Wind Power, Alexandre Boulay, ainsi que le directeur de la SCFG, Luc Lévesque.