Un projet-pilote de culture maraîchère pour la Maison aux Lilas

Un projet-pilote de culture maraîchère pour la Maison aux Lilas

Légumes et fines herbes produits sur place seront vendus à chaque samedi.

Crédit photo : Photo Le Pharillon – Jean-Philippe Thibault

Dès samedi, la Maison aux Lilas de l’Anse vendra les légumes et les fines herbes qu’elle produits elle-même sur ses terrains depuis un marché public hebdomadaire qui se tiendra de 10 h à midi.

Laitue, tomate, concombre, aubergine, courgette, haricot, pois mange-tout, bok choy, carotte, pommes de terre, oignons; nombreux seront les produits qui seront vendus chaque semaine et l’offre s’amplifiera au fur et à mesure que la saison avancera en temps. Les producteurs maraîchers des environs ou même les amateurs locaux désireux de vendre leur surplus sont d’ailleurs invités à se joindre à ce rassemblement.

Ce projet-pilote de la Maison aux Lilas de l’Anse – baptisé « Papilles et papillons » – est tributaire de quelques constats issus d’une consultation publique tenus l’an dernier sur les orientations futures de l’organisme. Les participants voulaient ainsi pouvoir se procurer régulièrement des produits frais et locaux, et que le site devienne un lieu de production et de promotion de produits maraîchers écologiques, à l’heure où l’engouement des consommateurs pour les produits du terroir et de proximité ne cesse d’augmenter.

« Actuellement, il n’y a aucun producteur maraîcher dans le secteur nord de la Ville de Gaspé. Cette absence rend plus difficile l’accès aux aliments sains pour la population habitant dans ce secteur-ci », explique Wilma Zomer, la présidente et coordonnatrice du projet.

À long terme, la Maison aux Lilas espère même pouvoir autofinancer ses opérations avec la vente de ses légumes. Pour l’instant, le projet a pu compter sur des investissements de 80 000$  – dont 30 000$ qui proviennent de la MRC La Côte-de-Gaspé – pour ériger une serre, forer un puits, cultiver une nouvelle parcelle de terrain, amener l’électricité et embaucher deux apprentis maraîchers.

Rappelons que la Maison aux Lilas de L’Anse est un organisme sans but lucratif dont la mission est de voir à la conservation et au portage du patrimoine horticole et écologique de son milieu. Pour sa part, le maire de Gaspé et préfet de la MRC s’est montré enthousiasme face à ce projet en particulier et de la tangente prise par le village en général depuis quelques années.

« La mouvance qu’il y a à L’Anse-au-Griffon, j’aime ça. Honnêtement, c’est un village qui 20 ans passé allait un peu nulle part, était dévitalisé et en arrachait, mais à un moment sont arrivées des initiatives du milieu autour du Manoir, du Centre culturel, du havre de pêche, et maintenant ici. Bref, il y a une mouvance collective, les gens se sont pris en main et ont décidé de développer ensemble. Je suis très heureux de ça! »