Le projet Haldimand est chose du passé, estime Daniel Côté

Le projet Haldimand est chose du passé, estime Daniel Côté

Avec la nouvelle règlementation proposée, le maire de Gaspé estime que le projet Haldimand est chose du passé.

Crédit photo : Photo Archives – Pétrolia

Avec la nouvelle série de règlements présentée hier par Québec pour encadrer l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures, le coup de grâce a été donné au projet pétrolier Haldimand, estime le maire de Gaspé.

L’annonce de nouvelles règles plus restrictives, mélangées avec un projet qui semble avoir du plomb dans l’aile et dont on n’entend plus parler depuis longtemps, ainsi qu’un potentiel d’exploitation relativement faible, fait dire à Daniel Côté que l’épineuse question du projet Haldimand est mort dans l’œuf et qu’il fait maintenant partie de l’histoire ancienne. « Pour nous, le cas de Haldimand, c’est maintenant terminé. C’est maintenant derrière nous », résume le maire en parlant non seulement du forage au puits Haldimand no 4, mais de tout le projet dans son ensemble.

Les nouvelles règles indiquent que les activités d’exploration et de production d’hydrocarbures à l’intérieur d’un périmètre d’urbanisation seront interdites, et qu’une zone de protection additionnelle d’un kilomètre autour de ce même périmètre sera ajoutée.

La zone du périmètre urbain du centre-ville de Gaspé comprend notamment tout le secteur de la rue Forest, près du puits Haldimand no 4. Logiquement, les activités de forage situées à 350 mètres de la maison la plus près seraient donc interdites. « Toute la question du périmètre urbain, du un kilomètre de tampon et des distances séparatrices nous confirment que le cas de Haldimand, c’est terminé », ajoute Daniel Côté.

Rien n’est cependant confirmé officiellement par Pieridae Energy – la société albertaine qui a fusionné récemment avec Pétrolia – et rien n’indique non plus que les forages effectués avant l’adoption de ces changements de règlementation ne profiteront pas d’un droit acquis.

Incertitude

En conférence de presse, le ministre de l’Énergie et responsable de la Gaspésie, Pierre Moreau, a spécifié que la règlementation serait resserrée dans les milieux hydriques. Le forage est notamment interdit dans les eaux navigables et 13 plans d’eau ont été spécifiquement identifiés, dont le lac Memphrémagog, le lac Saint-Jean et la rivière Saguenay, notamment. Le fleuve Saint-Laurent en fait également partie, mais le ministre n’a pas explicitement mentionné la baie de Gaspé, ce qui soulève quelques points d’interrogations pour Daniel Côté.

« Il y a une petite zone d’incertitude parce qu’elle n’est pas précisée mais quant à moi elle doit être incluse dans le fleuve Saint-Laurent. Ça reste à confirmer. » Mais dans l’ensemble, le maire et préfet de la MRC estime que ces propositions de changement sont la bienvenue et qu’il s’agit d’un grand pas dans la bonne direction.

« Ça fait des années qu’on fait des représentations. Cette fois-ci j’ai l’impression que nous avons été écoutés plus que jamais […] On a fait des avancées très significatives à l’égard de l’encadrement des hydrocarbures. Il en reste un peu à faire, mais il y en a enfin un gros bout de fait et on est heureux de ça », conclut-il.