Une première journée de l’emploi dans la MRC

Une première journée de l’emploi dans la MRC

Emploi Québec évaluait l'an dernier que d'ici 2019, il y aurait en Gaspésie 10 400 emplois à combler, soit 900 nouveaux postes et 9 500 autres pour remplacer les départs à la retraite.

Crédit photo : Photo depositphotos.com

Aide-vétérinaire, chef de département des services sociaux, peintre-débosseleur, acuponcteur, enseignant au Cégep, programmeur, cuisinier, chauffeur, livreur, serveur, soudeur … Comme un peu partout ailleurs, ce ne sont pas les emplois qui manquent dans la MRC Côte-de-Gaspé.

Selon les chiffres de janvier, le taux de chômage atteignait 5,4% au Québec et les besoins en main-d’œuvre se font toujours ardemment ressentir dans plusieurs secteurs d’activités. La Gaspésie ne fait pas exception et au moment d’écrire ces lignes, plus d’une centaine de postes étaient à combler sur le territoire de la MRC, selon les données d’Emploi Québec.

Sans prétendre régler tous les maux en employabilité, une première journée de l’emploi sera organisée le 14 mars prochain à l’Hôtel des Commandants, en collaboration avec la CCTG, la MRC et le Centre local d’emploi. Déjà 16 kiosques sur les 40 disponibles avaient trouvé preneur au moment de mettre sous presse. En plus des présentations habituelles, des entrevues en direct avec les employeurs seront proposées, notamment.

« Nous le savons tous, le recrutement de la main-d’œuvre est un enjeu majeur et nous servirons de courroie de transmission pour pallier la pénurie qui sévit dans notre MRC. J’ai rencontré une trentaine d’entreprises depuis deux ans et à chaque fois, le défi numéro un c’est le recrutement. C’est vraiment un frein à notre développement économique », explique le directeur général de la CCTG, Olivier Nolleau.

De tout pour tous

L’an dernier, Emploi Québec évaluait que d’ici 2019, il y aurait en Gaspésie 10 400 emplois à combler, soit 900 nouveaux postes et 9 500 autres pour remplacer les départs à la retraite. Des chiffres qui semblent démontrer que les besoins n’iront qu’en s’accentuant, considérant également la proportion de population active dans la région.

« À ceux qui disent que la Gaspésie n’a rien à offrir au niveau emploi, vous pouvez vous apercevoir que c’est complètement faux, que ce soit des emplois spécialisés ou non […] Plusieurs entreprises pourraient aussi avoir des horaires de nuit et ne l’ont pas parce qu’ils n’ont pas le personnel pour. D’entendre ça, pour un directeur de chambre de commerce, c’est intolérable et on doit travailler là-dessus », ajoute Olivier Nolleau.

Le président d’honneur de cette journée, Alexandre Boulay, en connaît d’ailleurs un rayon sur le sujet, LM Wind Power ayant dû faire des pieds et des mains pour faire augmenter son nombre d’employés de 178 à 475 en à peine 14 mois. Ce dernier est confiant que l’attractivité du milieu en convaincra plus d’un à venir combler les nombreux postes vacants.

« Je crois sincèrement que notre MRC a une longueur d’avance sur plusieurs régions du Québec pour faire face à ce défi. On a vraiment une excellente qualité de vie à offrir », explique le directeur d’usine, rappelant que les besoins se font sentir dans tous les secteurs, que ce soit manufacturier, commercial, industriel, pour les services ou en santé.

Avis aux intéressés, les entreprises doivent s’inscrire avant le 2 mars prochain.