Des photographies qui réunissent les gens

Des photographies qui réunissent les gens

Les artistes en herbe ont exposé fièrement leurs œuvres dans le hall de la salle de spectacles de Gaspé.

Crédit photo : Photo Le Pharillon – Jean-Philippe Thibault

Pratiquement à pareille date l’an dernier, on vous parlait du projet Une saison à la fois, destiné aux usagers des services externes de santé mentale du réseau local du CISSS.

Appareils photos en main et précieux conseils du photographe Jacques Gratton en tête, les sept participants de cette première cohorte ont arpenté les quatre dernières saisons à la recherche des meilleures prises de vue, des meilleurs angles et de la meilleure lumière, pour ultimement croquer les meilleurs clichés possibles. Les artistes en herbe ont présenté mercredi dans le hall de la salle de spectacles de Gaspé le résultat de leur démarche, afin de sensibiliser la population au bien-être et à la résilience face à un problème de santé mentale.

Aux dires de tous, la démarche a été un franc succès. « Ma seule expérience datait du petit Kodak de famille, mais avec l’appui de Jacques Gratton et du groupe, on a pu se démêler et on a eu beaucoup de plaisir. On se découvre des talents souvent cachés […] En plus, on était des gens complètement différents et on a fini par former un groupe assez uni et homogène. Il s’est créé des liens qui autrement n’auraient jamais eu lieu. Ça nous fait sortir de l’isolement, ça nous apporte énormément », souligne Philip John Dae, l’un des sept participants.

Même son de cloche pour Stella Alexander, une participante anglophone qui affirme avoir grandement apprécié cet exercice. « Ç’a été une très bonne expérience et ça m’a donné confiance en moi. Je me suis fait plusieurs nouveaux amis! »

Une autre cohorte

Ce projet photographique a fait l’objet d’un financement de 9 000 $ du Fonds communautaire Bell Cause pour la cause – cette vaste campagne pour soutenir la santé mentale qui vient tout juste d’avoir lieu – en plus d’être rendu disponible par l’appui de nombreux partenaires du milieu.

Avec le succès de cette première édition, une seconde se prépare actuellement. L’équipe du projet est présentement en processus de recrutement auprès de la clientèle du programme santé mentale de La Côte-de-Gaspé. Si l’on se fie à la première édition, la démarche risque de faire des petits. « Je serais déjà prête à recommencer. Ç’a été tellement enrichissant! On se fait même maintenant des rencontres à l’extérieur sans les intervenantes. Je n’avais jamais eu d’amis et maintenant j’ai un groupe d’amis. Avant, je n’appelais jamais personne, j’avais toujours peur d’être rejetée. Maintenant, si j’en ai envie, j’appelle tout simplement. Je me sens acceptée, c’est extraordinaire », confie Francine Huet, l’une des participantes.

Des mots qui résonnent évidemment pour les intervenantes responsables, Chantale Cloutier et Sarah Finlayson. « Cliniquement pour moi, c’est le groupe qui a connu les plus beaux résultats. Quand on se fait dire qu’ils ne se sentent plus seuls, ça vient nous toucher droit au cœur », conclut Chantale Cloutier.

Quelques-unes des œuvres présentement exposées dans le hall de la salle de spectacles de Gaspé.