Le phare de Cap-des-Rosiers sera ouvert tout l’été sans interruption

Le phare de Cap-des-Rosiers sera ouvert tout l’été sans interruption

L'intérieur du phare avait été fermé au public pendant deux semaines l'an dernier, engendrant des pertes d'environ 1000$ par jour.

Crédit photo : Photo Le Pharillon – Ariane Aubert Bonn

(Un texte d’Ariane Aubert Bonn) – Le phare de Cap-des-Rosiers sera en fonction sans interruption pendant toute la période estivale, selon la députée fédérale et ministre du Revenu National, Diane Lebouthillier.

L’infrastructure, qui avait connu un épisode de fermeture pour inspection de sécurité en pleine saison touristique l’été dernier – générant par le fait même d’importantes pertes de revenus à l’organisme qui l’opère – sera ouvert pour la saison 2018, parole de députée-ministre. «Moi ce [dont] je me suis assurée auprès du ministre des Pêches et Océans, c’est que le phare, cet été, soit fonctionnel et puisse continuer de recevoir des touristes », affirme Diane Lebouthillier. Elle précise que les inspections de sécurité ont confirmé que le bâtiment ne comportait aucun danger.

Cette dernière affirme également avoir rencontré le comité du Site historique maritime du Phare de Cap-des-Rosiers en janvier et avoir retenu des discussions que le groupe devait soumettre un projet de restauration en plus petites étapes, plutôt que de demander une réfection complète de l’infrastructure.

Rappelons que l’intérieur du phare avait été fermé au public pendant deux semaines l’an dernier, engendrant des pertes d’environ 1000$ par jour pour le Site historique maritime du Phare de Cap-des-Rosiers, qui opère les lieux.

Toujours au MPO

Dans la foulée de la fermeture momentané de l’an dernier, certains dont Patrimoine Gaspésie avaient demandé à la ministre Lebouthillier qu’elle prenne le dossier en main une bonne fois pour toute afin que l’infrastructure soit restaurée et intégrée au parc national Forillon. Mais pour l’instant, le phare demeure sous le giron de Pêches et Océans Canada.

« J’ai confirmé aux membres du comité que le ministère de l’Environnement, qui s’occupe aussi des parcs, ne voulait pas prendre la responsabilité du phare », indique la ministre. Cette affirmation fait suite aux avenues explorées par le comité du site historique pour assurer la survie du bâtiment. « Le ministère des Pêches et Océans continue d’assurer la responsabilité du phare », conclut Diane Lebouthillier.