Meilleure saison de chasse à l’orignal en près de 20 ans

Meilleure saison de chasse à l’orignal en près de 20 ans

Dans la zone 01, ce sont très exactement 4 533 orignaux qui ont été abattus cette année, soit 2 374 mâles adultes, 1 419 femelles adultes et 740 veaux.

Crédit photo : Photo depositphotos.com

La plus récente saison de chasse à l’orignal a été plus que fructueuse dans la région.

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs a déposé son bilan peu avant les Fêtes. Un total de 27 631 orignaux ont été abattus dans l’ensemble du Québec, dont 13 631 mâles adultes, 10 953 femelles adultes et 3 047 veaux.

Même si les chiffres définitifs ne seront connus qu’à la fin du mois de janvier, la récolte 2017 est semblable à celle des dernières années permissives, où la chasse aux mâles et femelles adultes et aux faons était autorisée dans la plupart des zones de chasse. Les résultats préliminaires de la vente des permis de chasse atteignent déjà un niveau semblable à ceux des années permissives précédentes avec plus de 177 000 permis vendus. La récolte des mâles adultes, qui constitue le meilleur indicateur de la tendance des populations, est stable à l’échelle de la province, une tendance observée depuis le début du plan de gestion en vigueur.

Zone 01

Régionalement, les statistiques ont été très bonnes. Dans la Gaspésie étendue (zone 01), ce sont très exactement 4 533 orignaux qui ont été enregistrés, soit 2 374 mâles adultes, 1 419 femelles adultes et 740 veaux. Il s’agit d’une augmentation totale de plus de 10%, le nombre de bêtes abattues l’an dernier étant de 4 006. Avec la Mauricie et le Saguenay-Lac-Saint-Jean, la Gaspésie fait partie de l’une des trois régions où le nombre de prises a augmenté. En fait, selon les chiffres du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, il s’agit ici de la meilleure saison de chasse depuis près de 20 ans, les données les plus anciennes disponibles remontant à 1999.

En chiffres Zone 01 (Total – femelles adultes, mâles adultes, veaux)

2017 : 4 533 (1 419 – 2 374 – 740)

2016 : 4 006 (1 080 – 2 361 – 565)

2015 : 4 150 (1 221 – 2 320 – 609)

2014 : 4 439 (1 179 – 2 591 – 669)

2013 : 4 047 (1 102 – 2 329 – 616)

2012 : 4 346 (1 148 – 2 547 – 651)

2011 : 3 995 (1 038 – 2 347 – 610)

2010 : 4 137 (1 065 – 2 411 – 661)

2009 : 4 148 (1 126 – 2 338 – 684)

2008 : 4 160 (1 263 – 2 277 – 620)

2007 : 4 364 (1 188 – 2 566 – 610)

2006 : 4 163 (1 139 – 2 369 – 655)

2005 : 3 963 (981 – 2 278 – 704)

2004 : 3 861 (892 – 2 231 – 738)

2003 : 3 360 (756 – 1 939 – 665)

2002 : 2 809 (395 – 1 934 – 480)

2001 : 2 565 (417 – 1 625 – 523)

2000 : 2 291 (329 – 1 504 – 458)

1999 : 1 787 (267 – 384 – 1 136)

À noter que toutes ces données exclues les bêtes abattues sur les réserves et comprennent les abattages à l’arc, à l’arbalète, à la carabine, au fusil et avec les armes à chargement par la bouche.