L’Ouest canadien toujours dans la mire de la filière éolienne

L’Ouest canadien toujours dans la mire de la filière éolienne

Dans le cadre de l’appel d’offres du Massachusetts, ce sont 2 929 MW de projets éoliens qui ont été déposés par des joueurs québécois. De ce nombre, on estime que1 902 MW pourraient être produits au Québec.

Crédit photo : Photo depositphotos.com

Il y a quelques années déjà que l’industrie éolienne québécoise lorgne les marchés de l’Ouest canadien.

Sporadiquement, des missions commerciales sont organisées à l’autre bout du pays pour y voir les possibilités d’exporter le savoir-faire et l’expertise du Québec et de la Gaspésie. En juillet, le Groupe Ohméga a d’ailleurs ouvert un point de service à Calgary, après plus de deux ans de démarchage, signe les que les démarches portent leurs fruits.

Le marché est intéressant puisqu’en Alberta et en Saskatchewan seulement, ce sont 6 900 MW d’énergie éolienne qui pourraient être ajoutés à la puissance déjà installée d’ici 2030.

C’est un peu dans cette optique et pour créer des maillages d’affaires que depuis hier et jusqu’à demain, le TechnoCentre éolien et neuf entreprises québécoises – dont cinq qui ont pignon sur rue en Gaspésie – participent au 33e Congrès annuel de l’Association canadienne de l’énergie éolienne (CanWEA) qui se tient à Montréal. Suspendem, Fabrication Delta, Techéol, le Groupe Ohméga et Pesca Environnement font partie de cette délégation.

« Ces entreprises se distinguent par leur capacité à innover et par la qualité des produits et des services qu’elles offrent; il s’agit là de véritables atouts pour s’imposer sur les marchés d’exportation des autres provinces canadiennes et des États-Unis », explique Frédéric Côté, directeur général du TechnoCentre éolien et vice-président du Créneau d’excellence en éolien.

Au sud

Le pays de l’Oncle Sam n’est pas en reste alors que du côté de la Nouvelle-Angleterre, plusieurs entreprises québécoises suivent de près les appels d’offres du Massachusetts et de l’État de New York, qui pourraient se traduire au cours des prochaines années par d’intéressantes occasions d’affaires. Rappelons que dans le cadre de l’appel d’offres du Massachusetts, ce sont 2 929 MW de projets éoliens qui ont été déposés par des joueurs québécois de l’industrie éolienne ou par des entreprises ayant des activités au Québec. De ce nombre, on estime que 1 902 MW pourraient être produits au Québec.

Quoiqu’il en soit, le démarchage se poursuit en ce sens. Les trois dernières délégations mises sur pied dans le cadre du CanWEA ont permis de réunir 40 entreprises québécoises et de tenir 386 rencontres d’affaires. Le TechnoCentre évalue les retombées économiques potentielles de ces missions à plus de 13,5 millions de dollars.

« Ce service fort apprécié des entreprises a fait ses preuves au fil des ans et a permis à plusieurs d’entre elles d’augmenter leurs ventes à l’extérieur du Québec », conclut Frédéric Côté.