Gaspé, ville la plus chaude une fois sur quatre en juillet

Gaspé, ville la plus chaude une fois sur quatre en juillet

Les températures québécoises les plus chaudes l'auront été quatre fois à Gaspé dans la même semaine, soit les 24, 25, 27 et 28 juillet.

Crédit photo : Photo Le Pharillon – Jean-Philippe Thibault

Pas besoin d’être un génie pour savoir qu’il a fait chaud en juillet à Gaspé, mais les experts de MétéoMédia confirment ce que plusieurs anticipaient, à savoir que les mercures ont été plus élevés qu’à l’habitude.

Si par exemple la moyenne des maximums est de 23,2 °C, ces maximums ont été de trois degrés supérieurs cette année à 26,3 °C. Plusieurs journées ont été particulièrement chaudes avec des températures enregistrées de plus de 30 °C. Plus précisément, cette barre symbolique a été dépassée à cinq reprises alors qu’historiquement, depuis que les stations météo ont été installées en 1968, ce seuil n’est atteint en moyenne que deux fois pendant le mois de juillet. Cette année, les journées du 24, 25 et 27 juillet ont notamment dépassé les 30 °C; bon pour une vague de chaleur, mais pas assez pour être officiellement qualifié de canicule puisque trois journées consécutives de 30 °C doivent être enregistrées.

Quoiqu’il en soit, les météorologues de MétéoMédia notent également que Gaspé fut le point le plus chaud dans la province à sept occasions alors qu’une centaine de stations météo recueillent les données un peu partout dans la province (dont d’autres à New Richmond, Cap-Chat, Sainte-Anne-des-Monts et Amqui).

C’est donc dire qu’en juillet, presqu’une journée sur quatre – près de 25% du temps – c’est à Gaspé qu’il faisait le plus chaud au Québec. Un phénomène somme toute particulier de l’avis même du météorologue André Monette. « C’est quand même assez exceptionnel. Si vous me parliez de la Montérégie on pourrait être moins surpris car on est plus au sud géographiquement, mais que Gaspé ait été la ville la plus chaude sept fois en juillet, c’est effectivement exceptionnel! »

Ceux qui auront choisi le bout du monde pendant les vacances de la construction auront donc été choyés puisque les températures québécoises les plus chaudes l’auront été quatre fois dans la même semaine, soit les 24, 25, 27 et 28 juillet.

Pour les amateurs de statistiques, à noter également que quatre records de chaleurs ont été battus. Trois fois encore, c’est pendant la première semaine des vacances de la construction que ces performances ont été enregistrées, soit les 24, 25 et 27 juillet (un record de température minimale pour le 27 juillet).

Août en deux temps

Quant aux précipitations, ce sont 79 mm de pluie qui sont tombés en juillet contre une moyenne historique de 100 mm. Une grande partie de ces précipitations a cependant été cumulée dimanche (29 juillet) avec des orages violents qui ont déversé 25 mm de pluie.

« Ce n’est pas un record, il y a déjà eu des mois plus secs que ça, mais il y a eu peu de journées avec des précipitations. Si ça n’avait pas été de ces orages du 29 juillet, effectivement ça aurait été un mois très sec », ajoute le météorologue André Monette. Les mois de mai et juin ont eux aussi été sous les normales de précipitations.

Enfin, on prévoit des températures au-dessus des normales pour la première moitié du mois d’août et un retour à la normale, et peut-être même sous, pour le reste du mois. « Il y aura peut-être un ou deux épisodes de plus de 30 °C, mais assurément pas cinq comme en juillet. Les plus grosses chaleurs sont derrière nous, mais le début du mois reste un bon temps pour prendre ses vacances », conclut le météorologue.