Fusion entre Pétrolia et la société albertaine Pieridae Energy

Fusion entre Pétrolia et la société albertaine Pieridae Energy

Les groupes rejettent tout projet d’exploration et d’exploitation des hydrocarbures au Québec.

Pétrolia fusionnera avec l’entreprise albertaine Pieridae Energy spécialisée dans les projets de gaz naturel liquéfié. La nouvelle structure devrait poursuivre ses activités sous le nom Pieridae Energy Limited.

Dans une lettre envoyée aux actionnaires ce matin, le président du conseil d’administration de Pétrolia explique que le plan d’affaires de l’entreprise en matière d’exploration et d’éventuelle mise en production des différents projets sera maintenu. « Dans le contexte de cette nouvelle corporation, le projet Bourque sera plus qu’important dans l’optique où la société se spécialisera dans la production et la vente de GNL », écrit Myron Tétreault. Ce dernier ajoute que le partenariat avec Tugliq sera lui-aussi maintenu. Le projet de gazoduc et d’usine de liquéfaction flottante issus de la propriété Bourque, située à l’est de Murdochville, devrait donc se continuer. À Haldimand, la donne semble cependant moins claire. « Pour ce qui est du projet Haldimand, avant d’établir toute exclusion de projet, des analyses internes devront être poursuivies afin de déterminer les possibles techniques de stimulation auprès des puits Haldimand 1 et Haldimand 2 », lit-on dans la missive du président.

Quoiqu’il en soit, les bureaux de la nouvelle corporation seront situés à Québec, Calgary et Halifax et le volet exploration et production sera maintenu pour le Québec. « Pour une société comme Pétrolia, ce type de transaction est une formidable opportunité de mise en valeur des actifs. Il faut comprendre que cette fusion permettra à la division production de la nouvelle corporation d’obtenir des leviers financiers importants qui permettront la poursuite des projets en cours tout en permettant d’élargir les horizons. Plus précisément, c’est une opportunité pour Pétrolia et Pieridea de mettre sur pied une compagnie intégrée en GNL, et ce, de la production du gaz naturel jusqu’à sa distribution sous forme de gaz naturel liquéfié », conclut Myron Tétreault.