Deux chefs traditionnels demandent un moratoire sur les hydrocarbures

Deux chefs traditionnels demandent un moratoire sur les hydrocarbures

Gary Metallic a rendu visite cette fin de semaine au Camp de la rivière, ce regroupement de militants qui a élu domicile près de la route 198 entre Gaspé et Murdochville, près d'un puits de Junex.

Crédit photo : Photo Le Pharillon – Jean-Philippe Thibault

Les chefs traditionnels Gary Metallic et Suzanne Patles s’opposent à l’exploration et à l’extraction d’hydrocarbures sur le 7e District du territoire traditionnel Mi’kmaq, et demandent un moratoire immédiat.

Gary Metallic a rendu visite cette fin de semaine au Camp de la rivière, ce regroupement de militants qui a élu domicile près de la route 198 entre Gaspé et Murdochville, près d’un puits de Junex. Le chef dit soutenir l’occupation mise en place depuis plus d’une quinzaine de jours contre l’extraction de pétrole en Gaspésie, et réaffirme du coup leurs droits et titres ancestraux. « Après le démantèlement de la barricade et l’arrestation du défenseur de l’eau et de la terre anishinaabe Freddy Stoneypoint, la lutte ne fait que commencer, et des coalitions se forment entre les Chefs des Districts mi’kmaq du nord et du sud, ainsi que les protecteurs de l’eau et de la terre allochtones », a fait savoir Gary Metallic par voie de communiqué.

Suzanne Patles, la Cheffe de Unama’ki, le 1er District mi’kmaq, ajoute elle aussi son appui à l’opposition présente du 7e District à l’exploration et à l’extraction sur son territoire par Junex. « En tant que Chefs de Conseils traditionnels Mi’kmaq, nous affirmons notre souveraineté complète et inviolable sur la terre que Junex tente de détruire en toute illégalité […] Nous ne pouvons pas rester silencieux et accepter le forage de notre territoire, qui empoisonnera notre terre, notre eau, notre faune et notre flore », soulignent en chœur les deux chefs, qui ne se disent pas concernés par les Chefs des Conseils de Bande imposés par la Loi sur les Indiens. Ils affirment qu’en dehors des Réserves Indiennes fédérales, l’autorité et la juridiction relève des droits ancestraux, et donc des Chefs traditionnels de Districts.

La position officielle de la Nation Mi’gmaq quant aux hydrocarbures en Gaspésie sera quant à elle prise lors de la prochaine assemblée générale du Migmawei Mawiomi, en septembre.

Carte des sept districts de Mi’kma’ki. Photo Wikipédia