Difficile de se trouver un appartement à Gaspé

Difficile de se trouver un appartement à Gaspé

Le taux d'inoccupation à Gaspé a fondu pour passer de 5,7% à 1,7% entre octobre 2016 et 2017.

Crédit photo : Photo Le Pharillon – Jean-Philippe Thibault

Pas facile de se trouver un loyer à Gaspé par les temps qui courent.

Que ce soit pour les étudiants du cégep ou pour les travailleurs fraîchement débarqués chez LM Wind Power, les appartements se font rares et dénicher la perle rare est de plus en plus difficile. La Société canadienne d’hypothèques et de logement a d’ailleurs chiffré le tout lors de sa dernière mise à jour. Pas surprenant que les recherches puissent être fastidieuses; en date d’octobre, on retrouvait trois fois moins d’appartements à louer qu’à pareille date l’an dernier. Le taux d’inoccupation à Gaspé a fondu pour passer de 5,7% à 1,7% entre octobre 2016 et 2017, c’est-à-dire que seulement 1,7% des appartements sont maintenant libres. Et oubliez les appartements de 3 chambres et plus, ils ont déjà tous trouvé preneur.

Manque à combler

En comparaison, le taux à Gaspé est deux fois plus bas que la moyenne provinciale qui est de 3,4%. C’est aussi le plus bas parmi les villes étudiées de l’Est-du-Québec, devançant notamment Rimouski (4%) et Rivière-du-Loup (3,2%).

Si on compare avec une agglomération similaire comme Matane, qui a sensiblement la même population et un cégep qui accueille pratiquement autant d’étudiants, Gaspé compte presque deux fois moins de logements (1 431 vs 797). Le taux d’inoccupation est cependant élevé à Matane à 6,2%. Pour les locataires, le coût du loyer et y cependant moins cher; en moyenne 523$ par mois contre 562$ à Gaspé.

Quoiqu’il en soit, le maire Daniel Côté est bien conscient de la situation et en faisait un cheval de bataille dès le lancement de sa campagne électorale. Questionné après sa réélection à savoir quels étaient les défis les plus pressants à relever, il avait notamment ciblé la question des logements.

« Le plus urgent, c’est l’attractivité de la main-d’œuvre et ce qui vient avec, c’est-à-dire la question du logement, expliquait-il alors. On poursuit les démarches avec les promoteurs. On en a plusieurs en vue et certains sont sur le point de faire des grands pas pour construction de logements. » Le maire croyait même que certaines unités pourraient commencer à être construites en 2018. Un dossier à suivre.

* À noter que les données de la Société canadienne d’hypothèques et de logement portent uniquement sur le marché locatif primaire, ce qui comprend les immeubles d’appartements d’initiative privée comptant au moins trois logements locatifs. Les logements du marché locatif secondaire, soit les logements qui sont offerts en location mais qui n’ont pas été construits expressément pour le marché locatif, par exemple les copropriétés louées, n’ont pas été pris en compte.

Taux d’inoccupation des appartements privés (en %)
Studios 1 chambre 2 chambres 3 chambres + Tous les logements
Oct 2016 Oct 2017 Oct 2016 Oct 2017 Oct 2016 Oct 2017 Oct 2016 Oct 2017 Oct 2016 Oct 2017
Gaspé 12,6 4,9 7,7 2,1 4,7 1,9 3,7 0 5,7 1,7
Les Îles x x 5,6 0,8 3,4 0,6 0 x 4,1 0,6
Matane x 7,0 9,6 7,0 5,5 5,2 4,3 6,9 6,8 6,2
Rimouski x x 5,0 5,2 4,7 1,3 x x 4,9 4,0
RDL x 7,8 6,9 4,1 4,6 2,4 9,6 4,1 6,0 3,2
Nombre d’appartements privés
Studios 1 chambre 2 chambres 3 chambres + Tous les logements
Oct 2016 Oct 2017 Oct 2016 Oct 2017 Oct 2016 Oct 2017 Oct 2016 Oct 2017 Oct 2016 Oct 2017
Gaspé 26 26 240 249 410 382 136 140 812 797
Les Îles 2 3 116 122 231 206 12 12 361 343
Matane 142 139 479 482 620 619 191 191 1 432 1 431
Rimouski 581 592 1 508 1 519 4 148 3 921 774 787 7 011 6 819
RDL 158 164 538 523 1 761 1 758 354 368 2 811 2 813