Au revoir, Dr Pouliot

Au revoir, Dr Pouliot

Le Dr Marc Pouliot a pratiqué la médecine pendant 55 ans.

Crédit photo : Photo Gracieuseté - Archives Le Pharillon

L’annonce du décès du Dr Marc Pouliot le 7 septembre dernier a eu des échos aux quatre coins de la MRC et même ailleurs en Gaspésie, le médecin ayant eu des patients de Carleton-sur-Mer jusqu’à L’Anse-Pleureuse. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le pédiatre décédé à l’âge de 88 ans était bien connu dans sa communauté. Les funérailles auront lieu ce mercredi 13 septembre à 16 h 30 à la Cathédrale de Gaspé. En hommage, Le Pharillon republie un texte paru dans l’édition du 1er septembre 2010 – signé par la journaliste Marie-Claude Costisella – et qui faisait un survol de sa carrière et de ses accomplissements.

Par Marie-Claude Costisella. Il y a de ces médecins qui marquent la vie des gens de toute une municipalité ou de toute une région. C’est le cas du Dr. Marc Pouliot, ce pédiatre de vocation que tout le monde connaît à Gaspé.

Issu d’une génération de médecins pour qui le stéthoscope et les intuitions étaient presque les meilleurs outils pour faire un diagnostic, Marc Pouliot a débuté sa pratique à Gaspé en 1956. De longues vacances, il n’en a pas pris beaucoup pendant sa carrière et l’homme d’une grande humilité a toujours publié son numéro de téléphone dans l’annuaire. « Je considère que donner du service à ses patients, c’est au moins de répondre au téléphone… », a-t-il confié au Journal en souriant.  Portrait d’un médecin pas comme les autres.

Marc Pouliot, finissant en médecine à l’Université Laval en 1956. Photo Gracieuseté – Archives Le Pharillon

Les débuts

Marc-André Pouliot a terminé ses études en médecine à l’Université Laval en 1956. Le généraliste qu’il était à l’époque revient à Gaspé et assiste les médecins en chirurgie. Il travaille aussi auprès des enfants avec le Dr.Belzile, un médecin à qui il voue encore aujourd’hui une grande admiration. « Il était un clinicien extraordinaire, j’ai énormément appris à ses côtés, c’est un homme qui m’a beaucoup impressionné. » C’est d’ailleurs lui qui l’a convaincu de se spécialiser au Children Hospital de Pittsburgh. Le jeune Dr.Pouliot veut absolument pratiquer à Gaspé et Gaspé cherche un pédiatre. « La médecine interne était bien assurée à l’hôpital avec les Dr Roy, Cotton, Coffin et Albert. Ça prenait quelqu’un pour s’occuper des enfants et le Dr.Belzile avait de belles idées….mais il est décédé avant que je revienne de Pittsburgh en 1962… » À son retour, le Dr.Pouliot fait beaucoup de médecine interne en plus de la pédiatrie. « J’ai pas mal touché à tout… on avait besoin de se reposer un peu de temps en temps, alors on devait s’aider entre nous et on se référait nos patients. »

Assumer ses choix

À l’hôpital de Gaspé à la fin des années 60, le département de pédiatrie comptait entre 40 et 50 lits et aujourd’hui, il y en a 5. De plus, le Dr.Pouliot a eu des patients sur presque tout le territoire de la Gaspésie, de Carleton à l’Anse-Pleureuse, à une époque où les familles étaient plus nombreuses. Si pour certaines personnes cette situation semble incroyable, le principal intéressé ne s’en fait pas une gloire personnelle. « On avait choisi d’être médecins, on se posait pas de questions, on allait voir nos patients! » Puis, le docteur Pouliot a ouvert sa clinique privée. « J’ai d’abord loué un local au-dessus de la pharmacie, puis j’ai ouvert mon bureau à la maison. C’était beaucoup plus pratique, plus facile… j’ai évité quelques aller-retour à l’hôpital! » Travailler en région n’a jamais été difficile pour le Dr.Pouliot qui a religieusement été se ressourcer à l’hôpital Sainte-Justine de Montréal deux fois par année tout au long de sa carrière. «  C’est certain qu’en ville, ça va bien au niveau des ressources. Il y a des cardiologues, des dermatologues, des neurologues… Ici c’est différent, quand on a affaire à des surprises, on doit se débrouiller un petit peu plus, il y a un peu plus de stress j’imagine… », ajoute-t-il de son ton légendaire, calme et rassurant.

Grandes réalisations

Ne demandez pas au Docteur Marc Pouliot combien d’enfants il a soigné en carrière. Combien de centaines, de milliers? En fait, il n’en a aucune idée et ne s’y est jamais attardé. Ce n’est pas le genre de statistique qu’il a compilé et c’est bien dommage, puisqu’il détient peut-être un record, qui sait? Ce qu’il garde en mémoire, ce dont il se fait une discrète fierté, c’est d’avoir diminué de façon significative les problèmes d’anémies graves de toute une génération d’enfants et d’avoir fait évoluer les pratiques en pédopsychiatrie.

Ce qu’il a réussi à faire au Sanatorium avec les enfants est incroyable et le Dr.Pouliot refuse d’en prendre tout le mérite. « Ces enfants-là étaient attachés à leurs lits et à un moment donné j’ai décidé de faire quelque chose, de faire en sorte que ce soit la fin d’une époque. Les administrateurs m’ont fait confiance, les psychiatres ont mis l’épaule à la roue, les infirmières faisaient de la physio et de l’ergothérapie improvisée, même les éducateurs physiques se sont impliqués. Ça a été toute une aventure mais on a réussi quelque chose de bien. » En effet, le bon Dr.Pouliot a eu le courage un jour de faire en sorte que les enfants hospitalisés au Sanatorium Ross puissent avoir une vie plus normale, aller à l’école, faire du vélo, de la natation ou simplement jouer dehors. Il se souvient d’une jeune fille atteinte de paralysie cérébrale. « Elle était surdouée…mais elle ne marchait pas et on l’avait diagnostiqué débile profonde… elle a finalement terminé ses études et elle gagne sa vie et est autonome aujourd’hui. Je ne l’ai jamais revue, mais ça me fait chaud au cœur de savoir qu’elle a une belle vie. »

Pédiatre impliqué

L’autre fierté du Docteur Pouliot, c’est d’avoir pratiquement réglé un sérieux problème d’anémie et de coliques qui touchait énormément d’enfants dans les années 70. Certains bébés avaient une anémie tellement grave qu’ils en sont presque morts. Il a donc décidé de réunir les mères épuisées et de les convaincre de « partir leur bébé en ayant du fun ». Il a donc simplement proposé de nourrir les enfants pour remédier à la situation, une idée qui a fait son chemin mais qui n’a pas fait l’unanimité au départ. « À cette époque, les bébés, ça buvait du lait. Mais les problèmes d’anémies, de coliques et de pleurs inexpliqués m’ont convaincu qu’ils avaient tout simplement faim, les bébés. » Le pédiatre a donc instauré une méthode simple à suivre : la première semaine, que du lait pour les bébés. Ensuite les céréales, à la troisième semaine les fruits, puis les légumes et finalement, la viande à la cinquième semaine. « Je me souviens avoir dit à des mamans : « Va te reposer avec ton chum, on va s’en occuper de ton bébé ». J’ai même nourri des enfants moi-même en leur faisant ouvrir grand la bouche en disant : « Mioum Mioum, c’est bon ». Je suis bien fier de ça et je prône encore cette méthode aujourd’hui! »

Une retraite bien méritée

Après 55 années de pratique, il a été difficile pour le Docteur Pouliot de se décider à prendre sa retraite. « J’ai eu de la misère à me décider! En 1998 j’ai fermé mon bureau, mais je n’étais pas prêt à arrêter. Je suis retourné à la pratique en décembre de la même année, à l’urgence de l’hôpital et j’ai fait des gardes aussi…mais là c’est vrai, c’est l’heure de la retraite! ». Et que fera Marc Pouliot pour cette retraite bien méritée? « Je vais faire de la voile, autant que je peux! Mais je fais aussi du bénévolat. » Ah oui? Vous faites quoi comme bénévolat Docteur Pouliot? « Bien, il y a beaucoup de gens âgés qui ont besoin d’être accompagnés chez le médecin et pour certains ce n’est pas évident de se déplacer. Alors je les accompagne… ». Décidément, le retraité demeurera toujours, dans nos familles, nos têtes et nos cœurs, le bon et dévoué Dr. Pouliot.

Bonne retraite à vous et au nom des milliers d’enfants et de parents que vous avez soignés, aidés et rassurés, des milliers de fois MERCI !

  • GreatCatSbee

    Merci pour tout M. Pouliot, une légende nous quitte. Nos pensées se tournent vers sa femme et ses enfants.

    • Guylaine Cauvier

      Merci Cher Dr.Pouliot, mon pédiatre à Gaspe…Quel Homme ! !! Mes condoléances à toute la famille et amis.