Changement de fuseau horaire : pas une bonne nouvelle pour les écoliers et le tourisme

Changement de fuseau horaire : pas une bonne nouvelle pour les écoliers et le tourisme

L'hôtelier bien connu à Percé Jean-François Gagné amène un nouvel argument dans le débat de changement de fuseau d'horaire.

Crédit photo : Photo Marie-Brigitte Leblanc

(Un texte de Thierry Haroun) – La pétition lancée récemment pour que la Gaspésie change de fuseau horaire en s’ajustant à l’heure des Maritimes ne serait vraiment pas une bonne nouvelle pour les écoliers.

C’est du moins ce qu’avance l’hôtelier de Percé bien connu, Jean-François Gagné, qui a décidé de faire partie du débat public sur cette question qui a fait couler beaucoup d’encre depuis la mise en ligne de la pétition qui a recueilli plus de 2 500 signatures à ce jour.

L’angle que prend Jean-François Gagné est plutôt singulier et digne de mention du fait qu’il va au-delà de l’argumentaire économique que tout un chacun a donné jusqu’à maintenant, que ce soit ceux qui sont pour ou ceux qui sont contre. « Dans ce débat il y a quelque chose qui est complètement oublié, ce sont les enfants qui vont à l’école le matin. Ça n’a aucun sens de demander à nos enfants d’attendre l’autobus scolaire dans la noirceur le matin car les enfants ont besoin de lumière. »

L’hôtelier fait ici référence aux écoliers qui, l’hiver venu, si on devait s’ajuster à l’heure des Maritimes, attendraient l’autobus en pleine nuit. Il serait selon lui « ridicule » de satisfaire aux pêcheurs de saumon de se lever une heure plus tard – un des arguments soulevés par ceux qui sont pour le changement d’heure – alors qu’on ferait attendre les écoliers dehors l’hiver « dans la noirceur ». Il estime par ailleurs que pour le tourisme, en l’occurrence pour le secteur hôtelier, l’idée de changer de fuseau d’horaire ne serait pas une bonne idée.

D’autres voix s’élèvent

La directrice générale de Tourisme Gaspésie, Joëlle Ross – qui ne s’exprime pas au nom du conseil d’administration de son organisme, qui n’a toujours pas tranché la question – est du même avis que Jean-François Gagné en précisant qu’il n’y a aucun avantage à aller en ce sens pour le secteur touristique.

« Il faut juste s’imaginer que le touriste qui part de Québec doive ajuster l’heure au milieu de sa route… Changer d’heure quand tu changes de province, c’est fort possible, et on peut s’attendre à ça, mais en chemin, dans une même province et dans le cas qui nous intéresse, au sein de la péninsule et d’une route qui fait une boucle, c’est un peu difficile à comprendre. »

Elle ajoute que sur le seul plan organisationnel, entre membres de Tourisme Gaspésie, de Sainte-Flavie à Sainte-Flavie, devoir faire face à deux fuseaux horaires pourrait compliquer les interactions.

Enfin, pour sa part et à la lumière du débat qui a cours sur la place publique, l’homme d’affaires de Percé André Méthot [président de MÉDOmédia et propriétaire du Pharillon/Le Havre], propose « que soit conduite une étude, une vraie consultation » de sorte qu’on puisse se faire une véritable tête sur cet enjeu de société.

  • Jean-Pierre Joncas

    Argument sans queue ni tête. Ici au N.-B., et aux Îles de la Madeleine où j’ai vécu, pas de problème depuis plus de 70 ans. Au travail, j’avais une heure tranquille le matin pour travailler, et une heure de plus le soir pour appeler ailleurs dans l’est du Canada et des USA. L’hôtelier bien connu est un sur des milliers. Sera-t-il la majorité à lui tout seul? Belle démocratie. Et votre article semble lui donner tout à fait raison. Joual vert!

  • Jean-Pierre Joncas

    Je répète. Votre titre est trompeur. Vous avez utilisé un titre qui induit en erreur. Quelle étude a été faite par M. l’Hôtelier, et par vous journaliste du journal Le Pharillon pour tirer une telle conclusion? Le Pharillon devrait indiquer que ce n’est que l’opinion de M. l’Hôtelier et non pas son opinion ni celle de son journaliste.