La Gaspésienne Angie Larocque à la conquête d’Hollywood

La Gaspésienne Angie Larocque à la conquête d’Hollywood

La rouquine aux yeux pers a terminé son secondaire à Paspébiac avant de déménager à Montréal. La majorité de sa famille vit toujours en Gaspésie.

Crédit photo : Photo Gracieuseté

Un texte d’Alain Lavoie – Elle est jeune (début trentaine), elle est belle, elle est intelligente et surtout, Angie Larocque sait ce qu’elle veut : faire du cinéma.

En plus, elle est Gaspésienne. « Ma mère est une Larocque, elle vient de Saint-Jogues et mon père vient de Caraquet. Presque toute ma famille est en Gaspésie, ma grand-mère, mes tantes et mes cousines. » Après avoir déménagé à Montréal avec sa mère alors qu’elle n’avait que 3 ans, Angie revient au bercail pendant son adolescence où elle s’implique notamment le Festival du Trac de Pasbébiac, un événement qui met en lumière le théâtre et la création. C’est à ce moment qu’elle découvre sa véritable passion : le jeu

« J’ai fait la moitié de ma vie en Gaspésie. Tu sais, à cette époque, ma mère voyageait beaucoup. Mais j’ai fait mon primaire à Caplan, j’ai fait Bonaventure et j’ai terminé mon secondaire à la polyvalente à Paspébiac », explique Angie. Après ses études, elle a cependant décidé de prendre le large et de retourner vivre à Montréal.

Sur les plateaux de tournage

Bien installée après ses études secondaires, Angie décide alors de se lancer dans le monde de la coiffure, où ses deux passions seront appelées à se côtoyer. « J’ai travaillé pendant quelques années sur des plateaux de tournage comme coiffeuse. C’est arrivé comme ça, un vrai hasard; une copine m’a demandé si je voulais auditionner pour un projet, un film américain. Je lui ai répondu que oui, pourquoi pas. C’était simplement pour une figuration et j’ai finalement décroché le troisième rôle du film », explique l’actrice gaspésienne.

À la suite de ce tournage, Angie est devenue membre de l’Alliance of Canadian Cinema, Television and Radio Artists (ACTRA). L’ACTRA est le pendant anglais de l’Union des Artistes (UDA).

Plusieurs cordes à son arc

La rouquine aux yeux pers a le sens de la comédie. Elle débute à la Television sur les capsules « Juste pour rire ». Ne s’arrêtant pas à un genre en particulier, Angie a tenu quelques rôles dans des séries télévisées anglophones tel que Being Human et Date my dad, mettant en vedette Raquel Welch. Plus près de nous, elle a partagé l’écran l’an dernier avec Luc Picard et Pamela Anderson dans la série québécoise Sur-Vie. On pouvait la voir dans le rôle de Chloé dans 4 des 6 épisodes.

À l’automne dernier, on l’a aussi retrouvé comme personnage principal dans le vidéo-clip de la chanson Once we can fly »du groupe Kimotion.

« Je dois te dire que pour le moment, j’ai surtout fait de la comédie. Par contre, j’aime bien les “trailers”, car c’est complètement différent. Mais, pour l’instant, dans mon répertoire filmographie, c’est plutôt la comédie. J’ai d’ailleurs commencé avec des capsules Juste pour rire pendant trois ans. J’ai adoré », indique-t-elle.

Fin avril, vous pourrez la voir sur grand écran dans le remake du film Overboard de 1987. Elle jouera aux côtés d’Anna Faris, John Hannah et Eva Longoria.

Et l’avenir?

Durant le temps des fêtes, Angie n’a pas tellement bougé de Montréal. Elle présentement en attente et sait que le cinéma est un monde très exigeant. « Pour le moment, j’ai repris la coiffure. On ne sait jamais, c’est un milieu difficile et il ne faut pas lâcher prise. Il faut toujours y croire, car du jour au lendemain on peut avoir quelque chose. Pour 2018, je me croise les doigts », conclut-elle.

En quelques projets

Overboard (2018 – film)

Date my dad (2017 – série)

Sur-Vie (2017 – mini-série)

Deadkiss (2013 – film)