Le Centre d’interprétation du cuivre de Murdochville fermé cet été


Publié le 12 mai 2017

Le site a ouvert ses portes en 1989. Le Centre d'interprétation avait été emporté par le feu en mars 2012, avant d'être reconstruit.

©Photo TC Media – Archives

En raison de finances précaires et la nécessité d'effectuer des travaux de réfection, le conseil d'administration du Centre d'interprétation du cuivre à Murdochville n'a eu d'autre choix que d'annoncer la fermeture du site pour l'été 2017.

La décision a officiellement été prise hier soir lors d'une réunion extraordinaire. La dette accumulée de l'organisme à but non lucratif frôle les 185 000$, sans compter les coûts d'une future mise à niveau. La galerie souterraine est actuellement inondée et l'eau doit en être retirée pour des inspections en bonne et due forme. « Il va falloir la faire vérifier par des professionnels pour savoir si elle est vraiment sécuritaire et assurable et voir tous les dégâts qui il y eu là-dedans », explique Linda Levasseur, la directrice par intérim depuis juillet dernier. Impossible cependant pour l'instant de savoir combien il pourrait en coûter pour lesdits travaux.

Contrairement à certaines institutions muséales ou d'autres centres d'interprétation, le site de Murdochville ne reçoit aucune aide financière gouvernementale, exception faite des différents programmes à l'emploi. Les seuls revenus proviennent des visiteurs, qui en moyenne sont entre 3 000 et 5 000 à s'y rendre annuellement entre juin et septembre. « Mais les revenus qui rentrent ne sont pas suffisants pour être capable de fonctionner et payer les comptes courants pour l'année […] C'est impossible côté finances et réparations à faire de penser ouvrir cette année », ajoute la directrice.

La prochaine étape sera donc de mettre sur pied un plan de redressement précis et détaillé, pour ensuite aller frapper aux portes des bailleurs de fonds pour savoir si des aides pourraient être disponibles pour le centre d'interprétation.

« On se croise toujours les doigts. Le plan de redressement devra être très clair et il faudrait trouver un moyen de mettre la main sur une subvention récurrente […] On a beaucoup de démarches et de téléphones à faire pour être capable d'ouvrir en 2018 », conclut Linda Levasseur. Plusieurs espèrent que les démarches porteront fruit puisque le Centre d'interprétation du cuivre amenait un emploi à temps plein à près d'une dizaine de personnes pendant la saison estivale. Une pétition citoyenne a aussi été lancée en appui à la réouverture de l'établissement.

Rappelons que le site a ouvert ses portes en 1989 et se fait un devoir de remémorer la grande époque minière qui a contribué à l’essor économique de la région pendant près de 50 ans. La fonderie a cessé d'opérer en 2002. Au fil des ans, ce sont 170 km de galeries souterraines qui ont été creusées pour extraire quelque 142 millions de tonnes de cuivre. Le Centre d'interprétation avait été rasé par le feu en mars 2012, avant d'être reconstruit.