BAPE : Gaspé demande au ministre d'user de son pouvoir discrétionnaire

Publié le 6 octobre 2015

La Ville de Gaspé demande toujours au ministre d’user de son pouvoir discrétionnaire afin de décréter un BAPE spécifique pour le projet Haldimand.

©Photo TC Media – Archives

Selon les informations rapportées hier par le journal Le Devoir, le gouvernement du Québec ne songerait pas à recourir à un Bureau d'audiences publiques en environnement (BAPE) concernant trois projets d'exploitation d'hydrocarbures en Gaspésie.

Les projets de Galt, Haldimand et Bourque seraient plutôt traités « dans le cadre de l’évaluation environnementale stratégique (EES) globale sur les hydrocarbures », toujours selon le quotidien.

Rappelons que de son côté, Gaspé avait demandé au gouvernement en mai dernier qu'un BAPE soit tenu pour faire la lumière sur les impacts du puits Haldimand 4, situé à environ 400 mètres d'un secteur résidentiel. La Ville garde d'ailleurs le cap et demande toujours au ministre de l'Environnement, David Heurtel, de décréter un Bureau d'audiences publiques en environnement.

« La Ville de Gaspé sait déjà que tous les forages pétroliers du Québec sont traités sous l’égide de l’Étude environnementale stratégique du gouvernement du Québec, y compris le projet d’Haldimand. On demande toujours au ministre d’user de son pouvoir discrétionnaire afin de décréter un BAPE spécifique pour le projet Haldimand avant tout autre forage ou toute mise en exploitation du site », nous répondait hier par courriel le service des communications et des relations publiques de la Ville de Gaspé.

En août dernier, la Ville ne faisait d'ailleurs pas partie des nombreuses municipalités québécoises qui demandaient une dérogation sur la règlementation provinciale pour imposer des normes plus sévères de protection de l’eau potable, disant vouloir toujours se concentrer sur un éventuel BAPE.